Archives du mot-clé Trevallon

Arrivage de la semaine à l’evinence

 

Voici les arrivages de la semaine à l’evinence  – votre Caviste à Cannes :


Bordeaux rouges
:
– Château Haut Brion 1999 – 1er Cru Classé – Pessac Léognan
– Château Léoville Poyferré 2005 – Saint Julien
– Château Lynch Bages 1979 – Pauillac
– Château Pichon Comtesse de Lalande 2008 – Pauillac

 

 

 

Provence :
– Château de Miraval « Clara Lua » 2010 – Vin de Pays des Coteaux Varois
– Château de Miraval « Play Bach » 2006 – Côtes de Provence
– Château de Miraval « Pink Floyd » 2011 – Côtes de Provence – en bouteille de 75 cl, Magnum et Jeroboam
Domaine de Trevallon 2003 – Vin de Pays des Bouches du Rhône

 

 

 

Vallée du Rhône Blanc :
– Condrieu « Les Chaillets » 2010 – Yves Cuilleron
– Hermitage « Chevalier de Sterimberg » 2007 – Paul Jaboulet Ainé
– Saint Péray « Les Pins » 2010 – Bernard Grippa
– Saint Péray « Les Figuiers » 2010 – Bernard Grippa

Vallée du Rhône Rouge :
– Côtes du Rhône Villages Rasteau « Les Argiles Bleues » 2005 – Domaine de Beaurenard
– Saint Joseph 2008 – Bernard Grippa

Une journée à Trevallon

Comme j’ai la chance de l’écrire ici régulièrement, je fais vraiment un beau métier et plus particulièrement lorsque je suis invité avec quelques uns de mes amis Sommeliers comme c’était le cas hier au Domaine de Trevallon, au pied des Alpilles.

11 heures du matin, la température extérieure frôle les 30°. Au bout d’une allée bordée d’oliviers classés en AOC Baux-de-Provence, nous attendent Eloi Dürrbach, le propriétaire de Trevallon, et sa chienne labrador Tulipe, pour nous faire découvrir les terres et les vins du Domaine.

C’est en 1973 que cet étudiant en architecture décide de quitter Paris et de rejoindre la propriété de Saint-Etienne du Grès acquise en 1955 par ses parents, artistes alors à Cavalaire. C’est le début d’une des plus fabuleuses histoires du vignoble de Provence.Les écrits du Docteur Guyot finirent de convaincre le père et le fils de planter non seulement de la Syrah mais aussi du Cabernet Sauvignon, plus célèbre dans le Médoc qu’en Provence. Plus les règlementations de l’INAO évoluèrent et plus les Vins de Trevallon s’éloignaient de l’AOC Coteaux d’Aix en Provence. Ils sont aujourd’hui en IGP Alpilles.

Après la « théorie », venons en à la pratique avec la descente dans les Caves de Trevallon. Première étape et la dégustation des 4 cépages de blancs en cours d’élevage : Grenache blanc, Marsanne, Roussanne et Chardonnay. Pour ce qui me concerne, j’ai été émerveillé par la droiture du Grenache sur des notes de fenouil et d’anis et par l’onctuosité et la rondeur de la Roussanne.

Mais un constat « épouvantable » vient à moi en même temps : Pourquoi n’y a t-il pas plus de blancs à Trevallon ?! Quelles merveilles ….

 

 

 

Au tour des rouges, l’âme de Trevallon. Avec dans l’ordre (quel privilégié allez vous penser de moi …) :

– Syrah 2011 en cours d’élevage : Un peu austère à ma grande surprise (sauf sur le foudre numéro 17 …)
– Cabernet Sauvignon 2011 en cours d’élevage : Magnifique à ma grande surprise aussi … Beaucoup de fruit croquant prenant largement le pas sur le côté herbacé du cépage
– Trevallon 2009 : Goûte extraordinairement bien malgré la jeunesse et la grandeur du millésime
– Trevallon 2008 : Un millésime de plaisir, de proximité, « facile » pour découvrir Trevallon
-Trevallon 2007 : Le plus grand des millésimes selon Eloi Dürrbach et il a bien raison. Puissant et voluptueux, il en impose par sa complexité et sa longueur en bouche. Ses notes mentholées en finale de bouche révèlent une grande fraîcheur pour un grand potentiel de garde. Il devrait être encore plus exceptionnel dans une « petite » quinzaine d’années.
– Trevallon 2005 : Une petite déception pour moi. Ce millésime manque de caractère, à mon goût évidemment !
– Trevallon 1990 en Magnum : La maturité des tannins et la robe évoluée m’emporterait à l’aveugle facilement vers les terres médocaines …

Au retour à la lumière, sous les platanes centenaires, un repas provençal « Maison » nous permet d’échanger nos impressions et elles vont toutes dans le même sens : Quel moment de grâce …

Conclu par la Cuvée « Tonio » 2007, un vin de paille de Marsanne du Domaine. Un extra-terrestre  moelleux, confit, miellé et frais créé par Antoine Dürrbach au pays des Cigales et du Soleil brûlant ….

Les larmes sur le verre sont presque celles de l’émotion après une telle dégustation !

 

 

 

Les millésimes disponibles à l’evinence à Cannes :
– 2008 à 49 €
– 2007 à 60 €
– 2003 à 50 €
– 1999 à 53 €