Archives pour la catégorie Nouveau Monde

Vins du Nouveau Monde : Afrique du Sud, Argentine, Australie, Chili, Nouvelle Zélande etc.

Un air de Sud-Ouest à Cannes ….

C’est comme un petit air du Sud-Ouest qui a soufflé cette semaine sur L’Evinence avec l’arrivée de quelques bons produits du Lot, du Pays Basque et de Navarre.
Vous pouvez venir déguster et acheter les saucisses sèches de Pierre Oteiza de la Vallée des Aldudes.

En accompagnement, deux vins de chez Lionel Osmin :
– Cahors 2014 : 100% Malbec
– Villa Chambre d’Amour 2016 : Assemblage de Gros Manseng et Sauvignon.

De l’autre côté des Pyrénées, vous pourrez découvrir la Rioja avec Marques del Villar 2015 sélectionné par Imanol Harinordoquy, l’ancien 3ème ligne de l’équipe de France de rugby, et son associé Lionel Osmin.

    Les vins du Nouveau Monde arrivent à l’evinence

    Avec l’arrivée du printemps, nous avions envie de vous faire découvrir quelques vins du Nouveau Monde.

     

    Les Vins Blancs sur la fraîcheur :

    – Chenin Blanc 2012 de Man Vintners à Paarl en Afrique du Sud

    – Sauvignon Blanc 2012 « The Ned », à Marlborough en Nouvelle-Zélande

     

    Le Vin Rouge sur la puissance :

    – Malbec 2011 « Altos del Plata » à Mendoza en Argentine

      Argentinaaaaaaaaaa !

      Nous n’avons pas mis longtemps à élire à l’evinence ce vin argentin !

      Terrazas de los Andes est situé dans la région de Mendoza, l’un des plus beaux terroirs d’Argentine et assurément le meilleur pour le Malbec.

      Les vignes ici de cette Cuvée « Altos del Plata » sont situées à 1067 mètres d’altitude dans l’un des paysages les plus surprenants parmi les sommets de la Cordillère des Andes, le Cordon del Plata.

      Le millésime 2011 a été assez complexe à gérer avec quelques épisodes dispersés de gel pendant les pluies de printemps et d’été puis passer subitement à un automne ensoleillé et prolongé.

      Mais le résultat est superbe ! C’est un vin jeune, dynamique et équilibré, d’un rouge violacé. L’attaque est franche et mûre sur le fruit éponyme et la prune. La finale se prolonge sur des notes de lavande et d’épices poivrées.

      Vraiment à découvrir … à l’evinence notamment !

        Le vignoble néo-zélandais

        C’est sur l’Ile du Nord que l’on trouve les conditions les plus chaudes pour une bonne maturation des cépages comme le cabernet, le merlot ou le chardonnay. Les premières vignes ont été plantées en 1819 (cf post d’hier)  dans le Northland. La production de vin a peu à peu disparu pour laisser place à l’élaboration de vins type Porto, pour finalement revenir il y a 25 ans environ.

        La région d’Auckland est un lieu de villégiature très pratique pour les citadins qui veulent passer une journée au milieu des vignes. Ici, ce sont les "Bordeaux Blends" qui règnent en maître : Cabernet franc, cabernet sauvignon et merlot. Hawks Bay est la 2ème région en superficie. La topographie des sols est très variée et lui confére un caractère unique. C’est la place forte du chardonnay, mais dernièrement la Syrah "adoratrice" d’un grand ensoleillement, y a été implantée avec succés.

        L’Ile du Sud et principalement la région de Marlborough sont incontestablement le royaume du Sauvignon . Lorsqu’il a été planté en 1973, personne ne pouvait imaginer son succés. Les journées chaudes et séches de l’été permettent une lente maturation du grain et les nuits fraîches stabilisent un niveau important d’acidité. On retrouve des arômes marqués de fruits exotiques comme la mangue ou les fruits de la passion. Il y a aussi du riesling et du gewurtztraminer.

        Plus haute région de Nouvelle Zélande en altitude, Central Otago est aussi la région productrice de vins la plus méridionale du monde … On y trouve forcément des grands écarts de température entre le jour et la nuit, comme en Bourgogne, d’où la belle réussite du pinot noir.

        Demain jeudi : La dégustation (1)

          Le marché du vin néo-zélandais

          Cloudy_bay Les 1ères plantations datent de 1819 dans la Province du Northland, mais le véritable boom du vin néo-zélandais remonte au début des années 80 lorsque le Cloudy Bay Sauvignon (aujourd’hui dans les mains de LVMH) remporta un concours à Londres.

          En une vingtaine d’années seulement, le vignoble a atteint les 10000 ha (ce qui fait craindre à certains une future crise de sur-production) pour 1 million d’hectolitres. Les prix d’un ha de vigne de qualité dans le Marlborough dépasse les 112 K€ (x3 en  5 ans) pour un nombre total de wineries de 516 (x2 en 10 ans). En plus d’une amélioration constate de la qualité, on assiste dans ces conditions à un afflux de capitaux étrangers (LVMH donc et Pernod Ricard qui possède Montana wines), qui détiendraient en partie ou en totalité 80% de la production nationale. Laquelle est à 70% de vins blancs et 20% de rouges, avec l’apparition depuis quelques années de vins effervescents, les "bubbles".

          La consommation locale est sans cesse en hausse (20 litres par habitant et par an), mais c’est encore la bière le champion avec 80 litres. La croissance des exportations a été de 70% entre 2005 et 2004, notamment vers l’Australie, les Etats Unis et le Royaume Uni ;  les importations viennent essentiellement du voisin australien pour sa production de vins rouges et grâce à des conditions douanières avantageuses. Les vins français ne sont que les 5èmes importés, à cause d’une législation peu lisible sur place d’appellations et non de cépages, comme c’est le cas dans tous les Pays du Nouveau Monde et particulièrement en NZ.

          Demain mercredi : Le vignoble néo-zélandais

            La Nouvelle Zélande

            HakaSamedi prochain au Millenium Stadium de Cardiff, l’équipe de France de rugby affronte les légendaires All Blacks dans un 1/4 de finale de Coupe du monde de rugby explosif. Outre que c’est un des pays que je rêve de visiter, ce match est une des raisons qui m’ont conduit à vous parler, chaque jour de la semaine jusqu’au match, de cette Terre Maori et productrice de vin.

            Ce n’est  qu’en 1000 après JC que les polynésiens ont découvert cet archipel. L’arrivée des premiers européens en 1642 se fait évidemment dans le sang avec le hollandais Tasman. C’est à la fin des années 1790 que les baleiniers, les commerçants et les missionnaires se sont installés sur l’île. Les conflits anglo-français puis avec les maoris plongérent le pays dans le chaos au 18ème. Aujourd’hui, la Nouvelle Zélande est une démocratie parlementaire indépendante au sein du Commonwealth.

            L’anglais et le maori sont les deux langues officielles du pays, dont le point culminant est le Mount Cook à 3764 m. L’île du nord est la plus petite mais la plus peuplée, la densité totale est de 15 habitants au km² (vs 108 en France).  Le climat est tempéré et les saisons y sont peu marquées.

            Demain mardi : Le marché du vin néo-zélandais