Archives pour la catégorie Dégustations

Galette des Rois

Je m’amuse (jaune …) à comparer en ce moment les prix des Galettes des Rois – en version Brioche aux fruits confits, car chez moi en Provence, on ne mangeait pas beaucoup de frangipane du temps … Et les différences de prix sont assez exceptionnelles.

Certes, je suis assez mal placé pour jouer au jeu des comparaisons, car dans le vin aussi aucun prix n’est vraiment comparable d’un Domaine à l’autre sur une même appellation. Mais la notion de terroir y est pour beaucoup aussi.

Ainsi, en quelques jours j’ai pu relever 3 prix qui relèvent aussi de 3 circuits de distribution différents :

– 6,50 € pour 6 personnes au Carrefour Market de Valbonne (06)
– 13,50 € pour 6 personnes dans une boulangerie de quartier à Anglet (64)

– 22 € pour 4 personnes chez Ladurée en collaboration avec « Monsieur Christian Lacroix – Appellation à part entière ».

 

 

 

 

 

Soit dit en passant, cela fait 144 de nos anciens francs … pour un dessert de 4 personnes (36 francs par personne …).

Bonnes dégustations !

    Le Biscuit Rose de Reims

    Le Biscuit Rose date des années 1690. A cette époque, des boulangers champenois soucieux d’utiliser la chaleur de leur four après le défournage du pain, eurent l’idée de créer une pâte spéciale qui, après avoir subi une première cuisson, était laissée dans le four à pain où elle finissait de sécher. D’où le mot BIS-CUIT, c’est-à-dire cuit deux fois.A l’origine, le gâteau était blanc. On voulut aromatiser la pâte à la vanille. Pour ce faire, on devait écraser la gousse au mortier avec du sucre pour en extraire la substance aromatique sous forme de petites particules de couleur presque noire. Mélangées à la pâte d’un blanc éclatant, ces particules de vanille tachetaient le gâteau fini. On eut alors l’idée de masquer cette pigmentation avec un peu de colorant rouge, en fait du carmin. Et voilà comment naquit le ravissant biscuit rose de Reims !

    Depuis, sa recette reste inchangée tout comme sa méthode de fabrication, qui conserve la double cuisson pratiquée à l’origine. A déguster sans modération avec le Champagne …

    Plus d’informations sur www.fossier.fr

      Soirée Champagne

      forbo8oct09-04Très belle soirée « Champagne » hier soir dans les locaux d’une Société française leader sur les revêtements de sols.

      Une trentaine d’invités se sont joints à nous pour découvrir le terroir de la Champagne, ses crus, ses vins de producteurs et de Grandes Maisons. Au menu de cette magnifique dégustations :

      – Champagne Ruffin, situé à Etoges sur la Côte des Blancs
      – Champagne Mailly Grand Cru
      – Champagne Jacquesson Millésime 1996
      – Champagne Ruinart Rosé
      – Champagne Cristal 2002 de Roederer

      Un délice …

        Pisco sour

        Ce week-end, j’ai découvert un cocktail qui vient tout droit du Perou et que j’ai adooooré …. le Pisco Sour.

        Je vous en donne la recette :
        – 4 volumes de Pisco (du marc péruvien) ou à défaut un alcool blanc neutre,
        – 2 volumes de jus de citrons verts,
        – 1 volume de sucre de canne,
        – 1 blanc d’oeuf et beaucoup de glaçons.

        Quelques tours de blender et le tour est joué !

        Bonnes dégustations.

          Wines tasting in NYC

          oco_newyorkcity-5Day-D … La journée a été longue, mais quel plaisir de faire les Grands Magasins de Big Apple pour trouver des verres de dégustation.

          Et je ne vous dit même pas « le pied » que j’ai pris en sortant de mon hôtel une heure avant la dégustation, de remonter à pied la mythique 5ème Avenue pour arriver au pied du Chrysler Building et entrer dans Grand Central Station par Lexington Avenue.

          oco_newyorkcity-9120h30 : Tous les invités arrivent, bien plus ponctuels qu’en France, et c’est avec plaisir que nous débutons la soirée. Brian et Cynthia de chez O&Co nous ont préparé un délicieux buffet à base de produits de l’enseigne : Tapenades, olives vertes et noires, confits de tomates ainsi que quelques délicieux fromages de chèvre et morceaux de parmesan. J’avais spécialement sélectionné pour l’occasion 3 Grands Vins de Provence.

          oco_newyorkcity-7Pour débuter avec un vin blanc, le célèbrissime Château Simone de l’AOC très confidentielle de Palette. Situé à Meyrieul, au sud-est d’Aix-en-Provence, ce domaine de la famille Rougier produit des vins exceptionnels. Ce bel assemblage de Clairette (80%), de Grenache Blanc (10%), d’Ugni Blanc (6%), de Bourboulenc et de Muscats Blancs était d’une grande complexité. Pourtant jeune puisque de 2006, il dégageait des arômes subtils de garrigue, de miels de lavande avec des notes légèrement pétrolées.

          oco_newyorkcity-2Le premier vin rouge que nous avons dégusté est le Château Fontvert 2004 – Côtes du Luberon – et dont nous parlons souvent ici. Un assemblage « fifty-fifty » de Syrah et de Grenache qui nous a tous enthousiasmé par ses côtés aussi bien flatteurs que complexe, aussi bien puissants qu’élégants. Une superbe découverte pour nos amis américains.

          Enfin, c’est en remontant le Rhône jusqu’au pied des dentelles de Montmirail que nous arrivons en Gigondas, sur le Domaine des Pallières, propriété des frères Brugnier et de Kermitt Lynch également propriétaires de Château du Vieux Télégraphe à Châteauneuf du Pape. Le millésime dégusté était 2003, l’année de la canicule, et malgré cela nous avions une belle fraîcheur en finale. Un beau bois bien fondu, des arômes très profonds de fruits très noirs et de garrigues bien sèches pour des sensations plus difficiles à percevoir ainsi en dégustation que sur un repas bien relevé.

            Arrivée à New-York

            oco_newyorkcityCela fait à peine quelques heures que j’ai atterri à JFK et me voilà déjà dans Grand Central Station pour un rdv au magasin O&Co avec Brian Forfer le responsable de l’enseigne aux USA et Cynthia Chovet, la responsable du magasin. Un rdv destiné à préparer les organisation générale et les détails de la dégustation de demain soir.

            Après une heure d’un entretien chaleureux et constructif … everything is OK !

              Dégustation de vins de Vénétie

              3ème et dernier jour de dégustations de Grands Vins Italiens sur le stand Valbruna, au Salon du Bourget.C’est la Vénétie qui est aujourd’hui honorée, Province du nord est de l’Italie où est également situé le Siège Social de Valbruna.

              Pour débuter, un vin blanc de Lugana de 2008. Composé à 95% de Turbiana, un cépage local, ce vin nous a tous enthousiasmé par sa fraîcheur, sa vivacité et ses jolis notes de fleurs blanches. Très flatteur aussi bien au nez qu’en bouche, c’est un vin à recommander.

              Lorsque les vins italiens sont produits à base de cépages non locaux, ils sont classés en Indicazione Geografica Tipica (IGT). C’est le cas du second vin savouré, un Merlot de 2007. Sa robe était d’un beau rubis et la bouche équilibrée entre les fruits noirs et l’épice apporté par un passage de 15 mois en fûts de chêne vieux de 2 vins.

              Le Bardolino Classico présenté pour clore cette semaine italienne est un assemblage de 60% de Corvina, 15% de Rondinella et 25% de Molinara, Negrara er Rossignola. Dès que je l’ai versé dans les verres, les invités ont immédiatement remarqué sa belle robe orange. Les notes de violette au nez se confortaient avec une bouche équilibrée, suave et légérement asséchante. Une jolie découverte !

                Dégustation de vins du Piémont

                lebourget_17juin-004Le Pièmont produit chaque année environ 3 millions d’hectolitres, dont 80% en Denominazione di Origene Controllata (DOC = 43) et Garantita (DOGC =7).

                Pour commencer, nous avons dégusté le Moscato d’Asti, ce vin blanc légèrement perlant, à la robe délicatement dorée, et qui convient parfaitement aux apéritifs et en grande majorité aux Femmes.

                Autant hier lors de la dégustation des vins de Toscane, nous avons fait le tour d »un seul cépage – le Sangiovese, autant aujourd’hui c’est 3 cépages que nous allons découvrir. Après le Muscat, c’est le Barbera de la région d’Alba. Assez jeune puisque de 2006, sa robe était peu soutenue mais le fruit était bien présent. A boire sur de la charcuterie coupée très fine, à l’italienne.

                Le dernier vin testé était une des deux stars de la Province piémontaise, avec le Barolo, puisque nous avons dégusté un Barbaresco de 1999. Vieux millésime, cépage plus noble – le Nebbiolo, ce vin était évidemment bien plus grand que le précédent. Situées à 300/400 m d’altitude, les vignes donnent un raisin avec un beau caractère. Les arômes légers de vanille sont équilibrées par des notes intenses de sous-bois.

                  Dégustation de vins de Toscane

                  lebourget_16juin-004Au programme de cette première dégustation de Grands Vins Italiens de la semaine, sur le stand Valbruna au Salon du Bourget, une journée 100% Sangiovese …

                  – Un Chianti Classico 2003 : Elégant et frais malgré le millésime, rappellons que c’était aussi la Canicule en Toscane. Un vrai vin simple de plaisir.

                  – Un Vino Nobile de Montepulciano 2003 : 90% de Prugnolo Gentile – un cousin très proche du Sangiovese – et 10% de Merlot. Plus complexe et plus structuré, ce vin nous a offert de subtils arômes de petits fruits rouges élégants. Discret et racé, ce vin nous a tous surpris.

                  – Enfin, la Rolls … que dis-je ?!!! La Ferrari de la Toscane … Un Brunello di Montalcino de 1999. Ce vieux millésime nous a offert une belle robé évoluée tirant sur l’ocre. Le nez était envoûtant et que dire de la bouche ? Des notes de cannelle, de clous de girofle, de marmelade et de caramel le tout divinement bien fondus dans le bois de son passage de 36 mois en fûts de chêne. Une longueur extraordinaire de 12 caudalies.

                    Dégustation de vins d’été

                    Hier soir, j’ai eu le privilège d’animer une nouvelle dégustation privée, chez des particuliers du 7ème arrondissement de Paris. Au menu de cette dégustation de vins d’été :

                    – 2 vins rosés : Le Fruit défendu 2008 des Côtes de Thongue et le Château Fontvert dans le Luberon. Une occasion unique d’expliquer à nos invités les deux techniques de vinification du vin rosé (la saignée et le pressurage direct) et de répondre aux nombreuses interrogations sur l’assemblage rouge-blanc adopté puis rejeté par la Commission Européenne.

                    – Un vin blanc : Le Viognier Nord-Sud de Laurent Miquel en Vin de Pays d’Oc. Une profusion d’arômes de violette, de fleurs blanches et de fruits exotiques.

                    – Un vin rouge : Le Château Cazal Viel en Saint Chinian. Un délicieux assemblage de Syrah, de Grenache et de Mourvèdre. Très clairement Syrah en bouche, avec ses arômes typiques de vanille et de réglisse, le boisé est délicat et subtil. Grand pour un extraordinaire rapport qualité prix.

                      Là haut dans les arbres …

                      evinencelacabane_8juin09-8Merci encore à vous toutes et tous d’avoir brâvé la tempête hier soir et d’être monté là haut dans les arbres à la Cabane de Lyon, pour une dégustation de vins atypiques et surprenants.

                      Merci également à Julie, Fabienne et Laura de Cityaventure de leur accueil et de leur disponibilité.

                      Si vous souhaitez prolonger cette dégustation avec votre famille ou vos amis, nous tenons évidemment à votre disposition des bouteilles de :

                      Cerdon du Bugey – méthode ancestrale – de Roland Folliant (10€),
                      Moscato d’Asti, vin légèrement perlant du Pièmont (17€),
                      Viognier Nord-Sud de Laurent Miquel en Vin de Pays d’Oc (9€),
                      Château Fontvert rosé 2007 en Côtes du Luberon (8€),
                      Côtes du Rhône 2007 de Jamet – une « petite Côte Rôtie » exceptionnelle (14 €).

                        Crozes Hermitage Domaine de Thalabert 1999

                        thalabertJ’ai eu le grand privilège, et je pèse mes mots (!), de déguster hier soir un Crozes Hermitage Domaine de Thalabert 1999 de chez Paul Jaboulet Aîné.

                        Située sur la rive gauche du Rhône, Crozes est la plus grande des Appellations septentrionales. Thalabert est un terroir de plaine, le plus vieux de l’appellation. En me rendant sur le site de la maison Jaboulet, je me remémore que l’été 1999 a été particulièrement généreux pour la vigne : Chaud et sec en juillet, des orages et des températures moins élevées en août et de nouveau de la grande chaleur sur la 1ère quinzaine de septembre avant les vendanges le 14.

                        Après ce retour en arrière, je reviens à mes divines impressions d’hier soir … Une robe soutenue avec beaucoup de matière, le disque laisse à penser qu’il n’est pas encore à son apogée. Au nez, c’est tout de suite l’élégance et la volupté qui l’emportent avec des arômes de fruits rouges bien mûrs mêlés à un petit côté sauvage. Que dire ensuite de la bouche ?! C’était vraiment somptueux et emportait une belle adhésion. Les tannins étaient délicatement fondus, les impressions de grandeur et de finesse s’entortillaient dans un superbe ensemble. Vraiment BEAU !

                        Et pour mieux souligner encore le plaisir de cette dégustation, je laisse la maison Jaboulet conclure : « Le millésime 1999 figurera sans aucun doute parmi les plus grands de ces 20 dernières années. »

                          Les dégustations Marketae

                          marketae22avril_1C’était hier soir la 2ème édition des dégustations Marketae, le dernier jeudi de chaque mois. Cette soirée destinée à réunir des acteurs économiques de la vie lyonnaise se déroulait dans le cadre élégant et raffiné de la boutique Tous des Chefs de l’avenue du Maréchal de Saxe (6ème).

                          Au menu de la dégustation :
                          – Un tartare d’avocats relevé au Tabasco et à la Worcestershire Sauce avec une chips de maïs, des lamelles de citrons confits et des crevettes parsemées de graines de sésame, le tout accompagné du Picpoul de Pinet du Domaine du Petit Roubié. Un vin blanc qui mérite d’être redécouvert avec une attaque de bouche ronde et grasse mais avec une finale sur la vivacité et la fraîcheur.

                          – Un boeuf braisé nappé d’un espuma de carottes au cumin et à la canelle, servi avec un Givry 2007 de Michel Sarrazin.

                          – Une verrine au boudin noir avec une couche de speculoos écrasés et aux bananes épicées (curry, gingembre et raz-el-hanout). La Syrah 2007 d’Yves Cuilleron en vin de pays des Collines Rhodaniennes mettait formidablement bien en avant le côté épicé du plat.

                            Dégustation à domicile

                            degust_mmengin-001Au menu hier soir de notre dégustation à domicile, à Boulogne Billancourt :
                            – le Cerdon du Bugey de Roland Folliat, un assemblage de Poulsard et de Gamay.
                            – Le fruit défendu blanc 2007 du Domaine Magellan, à Magalas dans les Côtes de Thongue. Un assemblage surprenant de Muscat et d’Ugni blanc.
                            – Le Château Fontvert à Lourmarin, dans le Lubéron. En rosé 2007 et en rouge 2006, la cuvée Lointe Bastide (Grenache, Syrah).
                            – Le Saint Joseph 2007 de Jean-Michel Gerin, un 100% Syrah légèrement boisé avec beaucoup d’élégance.

                              Anniversaire

                              3_avril-002Un anniversaire au Champagne, bien non ? Pour mes 39 ans, j’avais choisi un Ruinart Blanc de Blancs pour accompagner quelques mises en bouche feuilletées puis sur des crevettes au lait de coco et aux poivrons, accompagnées de quelques asperges et brocolis. La fraîcheur élégante et la vivacité du Ruinart se mariait très bien avec le gras du coco et ses verdures.

                              A l’an prochain, pour ouvrir quelques bouteilles de 1970 …

                                Dégustation à domicile

                                img_2856Une fois n’est pas coutume, c’est un dimanche soir – hier – que j’ai animé une dégustation à domicile dans le VIIème arrondissement de Paris. Une douzaine d’amis, de voisins et de parents de l’école des enfants s’étaient donnés le mot pour se retrouver chez Emmanuelle V. pour déguster quelques vins, écouter nos commentaires et nous poser les questions toujours nombreuses sur le monde du vin.

                                Au programme de la dégustation :
                                – Le Cerdon du Bugey de Rolland Folliat pour débuter en guise d’apéritif. Assemblage de Gamay et de Poulsard, vinifié à la méthode ancestrale – la fermentation se termine après la mise en bouteille – ce fut une belle découverte pour tous !
                                Le Fruit défendu blanc du Domaine de Magellan, à Magalas dans les Côtes de Thongue. Assemblage de Muscat et d’Ugni Blanc, nos invités étaient ravis de le savourer sur quelques copeaux de parmesan.
                                – La Syrah de Cuilleron 2007 en vin de pays des Collines Rhodaniennes. Un beau nez réglissé et une bouche qui goûte bien sur le fruit.
                                – Même cépage, même millésime mais plus méridional : Le Crozes Hermitage de Combier. Beaucoup plus complexe, avec des notes plus boisées et poivrées.
                                Deux vins dégustés avec quelques toasts de confiture d’olives noires et de caviar d’aubergines.

                                N’hésitez pas à nous solliciter pour vos prochaines soirées entre amis : email ici

                                  Château Gazin 2002

                                  gazin-0021Pomerol est certainement l’Appellation la plus élégante et la plus voluptueuse du bordelais ; la dégustation de ce Château Gazin 2002 est une confirmation de plus, si besoin était. Gazin est, avec ses 26 hectares d’un seul tenant, un des plus importants vignobles de Pomerol. 37200 bouteilles ont été produites sur ce millésime, avec un assemblage de 85% de Merlot, 10% de Cabernet Sauvignon et 5% de Cabernet Franc.

                                  Sur une belle couleur prune peu évoluée, le nez est raffiné sur des notes de griottes et de chêne bien fondu. La bouche est ravissante et complexe pour une longueur de 10 caudalies.

                                    Vino tinto

                                    tempranillo-001Passons sur la branlée prise par l’Olympique Lyonnais par le FC Barcelone, c’était en tous les cas un bon prétexte pour se retrouver entre copains autour de quelques spécialités espagnoles : Chorizo, jamon y vino tinto. Nous avons dégusté un Tempranillo Crianza 2004 de chez Rama Corta. Rappellons à ce propos que le Tempranillo est un cépage résistant bien à la sécheresse et qui donne des vins souples et fruités.

                                    C’est effectivement une belle surprise au nez avec des arômes élégants de fruits rouges pas forcément très mûrs. La bouche est très agréable avec une belle fraîcheur en finale. Ce vin se boira très bien sur des viandes blanches ou du petit gibier à plumes. Comme le Pinot noir de Bourgogne …

                                      Dégustation de Châteauneuf-du-Pape

                                      degust_chateauneufHier soir, nous avons dégusté 3 Châteauneuf-du-Pape rouges.

                                      Usseglio et fils 2002 : Un assemblage de Grenache, Mourvèdre, Syrah et Counoise.
                                      Rappelons à ce titre que ce millésime a bien failli ne jamais voir le jour dans la Vallée du Rhône méridionale. De mémoire de Châteauneuvois, personne n’avait vu autant de pluie que cette année là …
                                      Cependant, la robe de cet Usseglio est bien évoluée avec un marron tirant sur l’oranger. Le nez est très fruit rouge et la bouche est onctueuse, pleine d’ampleur.

                                      Clos des Papes 2004 :
                                      Depuis que la revue américaine Wine Spectator a élu le Clos des Papes 2005 « Meilleur Vin du Monde », la côte de Paul Avril ne cesse de monter au fur et à mesure que l’offre de bouteilles sur le marché ne cesse de décroître … En grand expert qu’il est, le Chef Sommelier d’Evinence avait rentré depuis longtemps de magnifiques 2004.
                                      Avec un assemblage très typé Syrah – Mourvèdre, un passage de 15 mois en fût de chêne neufs, on pouvait s’attendre à une robe très soutenue. Le nez est très réglissé et la bouche est un délice. Une grande complexité, des arômes élégants de garrigue et de fruits très mûrs avec une belle fraîcheur en finale.

                                      Château Beaucastel 2003.
                                      Sur un terroir différent de Châteauneuf, à Coudoulet, essentiellement d’argilo calcaires, ce vin est très typé Grenache et Syrah. Beaucoup plus de puissance que le vin précédemment dégusté, il mérite de vieillir encore longtemps.

                                        Résultats en baisse chez Heineken

                                        heineken-logoHeineken vient de publier un bénéfice net en chute de 74% à 209 millions d’euros pour 2008, pour un chiffre d’affaires de 14,319 milliards d’euros (+27%) et un résultat d’exploitation en recul de 24% à 1,08 milliard d’euros. Sur l’exercice, la marge opérationnelle du brasseur a chuté passant de 12,6% en 2007 à 7,54% en 2008. 

                                        Le brasseur néerlandais s’est félicité de la forte croissance interne de ses résultats, mais admet volontiers que la conjoncture exceptionnelle actuelle l’incite « à réduire la valeur du goodwill en Russie, l’investissement en Inde et le portefeuille de pub en Angleterre ».

                                        L’avenir chez Heineken est considéré avec prudence. Dans une période de ralentissement économique, il est possible que la consommation de bière se fasse à domicile plutôt qu’à l’extérieur, et que les consommateurs reportent leurs achats sur des bières plus économiques.

                                        L’intégralité du communiqué d’Heineken est ici.

                                          A domicile

                                          A_domicile Paris VIIème, samedi soir, à l’heure de l’apéro entre amis … une dégustation à domicile de quelques découvertes vinicoles.

                                          Après quelques mots pour apprendre à décoder le vin, nous avons commencé par le Champagne Cuvée Réserve d’Alexandre Ruffin, un champagne qui a fort étonné nos invités par la finesse de la bulle, voire une disparition presque complète après minutes d’aération dans le verre. Rappellons que plus le passage sur lattes sera long, plus la bulle sera délicate. La surprise suscitée également vient qu’avant d’être un Champagne et uniquement un Champagne, ce Ruffin là est d’abord un VIN de Champagne.

                                          B_de_tari_3 Après le Grenache – Roussanne vieilles vignes du Domaine de Magellan, dont je vous ai parlé ici cette semaine, nous avons découvert qu’un vin rosé bien vinifié et servi à température ambiante, et non glacé comme dans les bars branchés, peut être agréablement épater même les plus réfractaires au rosé. La famille Tari, ancienne propriétaire de Château Giscours à Margaux, a acquis le Domaine de la Bégude à Bandol en 1996. La couleur très orangée, la belle structure en bouche et les arômes de fraises des bois a ravi nos invités, qui imaginent bien déguster ce vin … pas seulement en été sur des plats provençaux, type tians de légumes, côtelettes aux herbes de Provence ou encore des lasagnes.
                                          Fontvertrouge  Pour bien terminer cette soirée, un petit jeu amusant : La dégustation à l’aveugle d’un vin rouge. La technique de l’entonnoir bien assimilée a permis de noter une robe assez soutenue, de relever le côté astringeant du Grenache et les épices de la Syrah. S’orientant donc vers la Vallée du Rhône Méridionale, il ne restait plus qu’à lever le voile sur ce … Château Fontvert 2004 en Côtes du Lubéron.

                                          Merci à toutes et tous pour ce joli moment de plaisirs et de partage ! A bientôt pour d’autres découvertes …

                                            Château Carbonnieux

                                            Carbonnieux J’étais invité hier à la soirée du Wine & Business Club d’Alain Marty, le journaliste animateur de l’émission In Vino BFM, tous les samedis matins à 10 heures sur BFM.
                                            Dans le cadre luxueux de l’Hôtel Bristol à Paris, j’ai eu l’occasion de rencontrer notamment le propriètaire de Château Carbonnieux, un des plus beaux Domaines de Pessac-Léognan. Philippert Perrin est un homme charmant, chaleureux et d’une grande simplicité. Que l’on soit grand professionnel ou "petit" amateur, il vous parle de la même façon de son métier, des ses vins et surtout de son grand-père bourguignon (Mâcon), mais qui s’est finalement installé dans le bordelais. Ce doit être une des raisons pour laquelle Carbonnieux produit d’aussi jolis blancs …

                                            Un blanc 2006 d’ailleurs ouvrait le bal du menu sur un thon frais de l’Atlantique juste grillé et sa gelée d’huître, toasté à l’huile d’olive vierge et grains de caviar Avruga. Le rouge 2000 accompagnait ensuite un carré d’agneau de Sisteron, en croûte de pignons et basilic et sauté de petits légumes frais de printemps, figues confites et jus de réglisse. Un millésime de Carbonnieux était même à découvrir à l’aveugle : 1991, tout en rondeur avec des tannins délicatement fondus.

                                            Une jolie soirée avec de beaux vins, que demander de plus ?! 

                                              Grenache Roussanne vieilles vignes Domaine Magellan

                                              Grenache_roussanneCe dimanche matin pour un brunch entre amis, j’avais ouvert  un superbe vin blanc du Domaine Magellan "Grenache Roussanne" vieilles vignes. La robe était superbement dorée, un nez assez complexe sur des arômes de fruits, particulièrement confits. A l’apéritif c’est vraiment très bien, mais je l’essaierai volontiers sur des crustacés cuits et peut être même sur une langouste.

                                                Santenay 1er Cru « La Comme »

                                                Lundi soir, j’ai apprécié un Santenay 1er Cru "La Comme" 2002 de chez Mestre-Michelot. Situé sur le bas de la Côte de Beaune, ce vin exprimait une jolie souplesse et une fraîcheur agréable. Mais j’aime aussi beaucoup les vins de Jean Féry, notamment un Hautes Côtes de Beaune au rapport qualité prix exceptionnel. A boire sur une terrine en entrée, sur une pintade ou plus simplement sur une soupe aux choux.

                                                Du même domaine, j’ai aussi dans ma cave des Chambolle Musigny, mais leur dégustation sera pour dans quelques mois, voire quelques années … Et souvenez vous …. profitez de vos Bourgogne aujourd’hui. Car dès que le froid arrivera, il faudra les oublier au fond de votre cave jusqu’au printemps !

                                                  Château Calon-Ségur

                                                  Calon_segur_2 Le Château Calon-Ségur est le seul vin à avoir un coeur sur son étiquette, c’est bien là le vin idéal pour la Saint Valentin. Ce Saint Estèphe, 3ème cru dans le classement de 1855, est un savant mélange de Cabernet Sauvignon (50%) et de Merlot (35%), avec du Petit Verdot et du Cabernet Franc pour tout compléter. 

                                                  Ce millésime 2001 est très séduisant. Sa puissance, sa générosité et la gourmandise de ses arômes de fruits noirs – cassis et myrtilles – lui confère beaucoup de charme. Comme celle ou celui à qui vous partagerez ce nectar

                                                    Mercurey

                                                    Mercurey_chamilly_2 Dans une précédente note, je vous avais vanté les splendeurs du Mercurey 2000 du Château de Chamilly.  Je viens de rouvrir des 02 et 03 et c’est le plus ancien de ces deux millésimes qui est bien plus vélouté que les 03, année de la sécheresse. 

                                                      Mercurey

                                                      Mercurey_chamilly Comme je vous l’ai dit la semaine dernière, c’est le moment de boire ses "Bourgogne". Ainsi, samedi soir, j’ai ouvert avec des amis un Mercurey 2000 du château de Chamilly sur de l’Epoisses de chez Berthaut. C’était un régal … Avec un égrappage de 50%, une cuvaison de 20 jours, un petit passage en vieux fûts de chêne – ceux qui ont préalablement servis à produire les Mercurey blancs du Château – ce vin bien évolué avec des arômes boisés et animal, typiques de la Bourgogne, est à boire maintenaaaaaaaaaaaant ….