Archives pour la catégorie Dégustations

Un air de Sud-Ouest à Cannes ….

C’est comme un petit air du Sud-Ouest qui a soufflé cette semaine sur L’Evinence avec l’arrivée de quelques bons produits du Lot, du Pays Basque et de Navarre.
Vous pouvez venir déguster et acheter les saucisses sèches de Pierre Oteiza de la Vallée des Aldudes.

En accompagnement, deux vins de chez Lionel Osmin :
– Cahors 2014 : 100% Malbec
– Villa Chambre d’Amour 2016 : Assemblage de Gros Manseng et Sauvignon.

De l’autre côté des Pyrénées, vous pourrez découvrir la Rioja avec Marques del Villar 2015 sélectionné par Imanol Harinordoquy, l’ancien 3ème ligne de l’équipe de France de rugby, et son associé Lionel Osmin.

    Dégustation de Vins de Provence

    Provence_21mars2016C’est une belle soirée de Dégustation que j’ai eu l’honneur d’animer hier aux Apprentis Gourmets de Cannes. Devant une trentaine de cadres venus d’Argentine, du Pérou, des Etats-Unis, de Suisse, de Suède, d’Italie, d’Inde, de Singapour ou encore d’Australie, ce sont 4 vins de Provence qui étaient à l’honneur.

    Le premier, à l’aveugle dans des verres noirs, était le Château Thuerry 2014 en AOC Côtes de Provence : Il fallait retrouver la couleur et une seule invitée a trouvé, bravo à Elle. La Cuvée Exception Chardonnay 2014 du Domaine des Masques, au pied de la Sainte-Victoire, a ravi les anglo-saxons fans de ce cépage si délicat. Pour les rouges, toujours à proximité de la Montagne si extraordinairement peinte par Cézanne, c’était Le Page de Vignelaure en 2010 en Cabernet Sauvignon et Merlot puis l’Etoiles d’Aquino toujours en 2010 avec un assemblage là bien plus provençal : Syrah, Grenache et Mourvèdre.

     

      MIPIM 2016

      La Table d'Hôtes de l'Evinence, Cannes

      La Table d’Hôtes de l’Evinence, Cannes

      A l’occasion du MIPIM 2016, la Table d’Hôtes de l’Evinence était hier soir privatisée pour une Belle Soirée « Comme à la Maison ». Pour attaquer l’apéro, dans une belle écorce de chêne étaient disposé un  assortiment de crudités avec de la Tapenade, du Caviar d’Aubergines et du Caviar de Tomates Séchées. Le Sommelier ayant le privilège de choisir les vins pour ses invités, j’ai ouvert une belle « Bulle » de Jacky Blot : Le Brut Tradition du Domaine de la Taille aux Loups en AOC Montlouis sur Loire puis une divine surprise avec le Cabernet Franc du Domaine Couly Dutheil vinifié en blanc !!

      Pour continuer dans les blancs, sur un velouté de Champignons de Paris aux éclats de noisettes,  j’ai fait découvrir à l’aveugle l’un des plus beaux terroirs d’une des Appellations de France à la notoriété certainement la plus « décriée » : Château Thébaud de la Famille Lieubeau en AOC Muscadet. Du Melon de Bourgogne à la Bourgogne, il n’y avait qu’un pas à franchir avec le Santenay blanc 2011 de Marc et Alexandre Bachelet du Domaine Bachelet Monnot.

      Que servir ensuite sur une belle ardoise de Charcuteries de chez Pierre Oteiza sur laquelle on retrouve la puissance d’un chorizo ou d’un pâté au piment d’Espelette ? Un Chemin de Moscou 2013 du Domaine Gayda en IGP Pays d’Oc et Bio : Magnifique ! Plus surprenante était ma dernière bouteille de Bergerie d’Aquino 2005 en AOC Coteaux Varois. Surprenante car la fraîcheur et les notes évoluées auraient presque fait penser à de beaux Merlot de la rive droite de la Dordogne ….

      Et pour finir sur une note sucrée, avec une Panna Cotta à la vanille et aux framboises fraîches, un Coteaux du Layon 2014 Cuvée Saint Lambert du Domaine Ogereau.

      Autant dire que nous nous sommes régalés. A l’an prochain donc pour le MIPIM 2017 ….

        Arrivage du jour : Clarendelle Inspiré par Haut Brion

        Clarendelle Inspire par Haut-BrionSont arrivés ce matin les vins du Groupe Clarence Dillon, propriétaire des Châteaux Haut-Brion, 1er Grand Cru Classé de Médoc, et La Mission Haut-Brion.

        Clarendelle rouge 2009 : Assemblage de 55% de Merlot et 45% des Cabernet Franc et Sauvignon. Le nez de framboises et de cerises Burlat est très frais, la bouche est puissante avec des tannins bien marqués mais équilibrés. La longueur en bouche est remarquable ; c’est un magnifique rapport qualité / prix.
        Disponibles en bouteille de 75 cl, en Magnum de 150 cl et en Impériale de 500 cl.

        Clarendelle blanc 2014 : Assemblage de 60% de Sauvignon, 30% de Sémillon et 10% de Muscadelle. Le nez est très typé Sauvignon sur des notes de fruits exotiques et d’agrumes. La rondeur du Sémillon prend ensuite le relais pour apporter le gras nécessaire à un bel équilibre.

         

         

          La Quintessence de Rimauresq …

          Quintessence RimauresqLes très belles et très rares « Quintessence » de Rimauresq – Cru Classé de Provence – viennent d’arriver à l’Evinence.

          Les Rouges (8000 bouteilles)

          91% de Mourvèdre, 6% de Cabernet Sauvignon et 3% de Syrah sont vinifiés puis élevés dans deux 1/2 foudres.
          Le nez est très gourmand sur des notes de fruits confiturés et d’épices douces. La bouche est très élégante et profonde sur des arômes de garrigue et de réglisse. Grâce notamment au terroir minéral et acide de schistes, la finale est très suave et fraîche.

          Les Blancs

          100 % de Rolle en barriques neuves des plus beaux chênes des forêts de Boust en Lorraine. L’attaque de bouche est légèrement lactée puis s’ouvre sur des notes délicatement lactée puis d’amandes fraîches et de pêches blanches.

          Seulement 480 bouteilles de blanc ont été tirées en 2014, il n’y en a que 12 à Cannes et elles sont à l’Evinence !

           

            Domaines Ott

            Domaines Ott 2014Cette année encore, nous avons été charmés par les vins des Domaines Ott. Le Château de Selle rosé est toujours aussi élégant avec ses notes de fleurs blanches et d’épices très délicates ; il est parfait pour les rougets et les grillades accompagnés de légumes du soleil. Son « cousin » du littoral, le Clos Mireille, à La Londe Les Maures, est lui plus exubérant et plus vif, une évidence pour des apéros sur le sable ou sous la treille … 

            Le Clos Mireille blanc ? Cet hiver, nous avons eu la chance de déguster avec Jean-François Ott un 1998 et c’était … étourdissant !! De légères notes oxydatives, d’essence de lavande, de miel de montagne avec une fraîcheur en finale extraordinaire pour un vin de 17 ans. Le Sémillon vieillit vraiment aussi bien en Provence qu’à Sauternes.

            Nul besoin néanmoins de vous faire plus saliver encore, car, malgré mes suppliques à genoux, Jean-François ne veut pas nous en vendre …  Rattrapons nous sur la vivacité du 2013 qui est toujours subtil ! 

            A l’Evinence, il y a toujours au frais des Ott rosés et blancs en bouteilles et en Magnum.

              Château Thuerry

              ThuerryAprès une semaine de vacances (bien méritées) dans le Lot, c’est sur le terrain que j’ai repris ce lundi matin dans l’arrière pays varois, plus exactement au Château Thuerry. La propriété de 340 hectares, dont 40 de vignes plantées sur les communes de Flayosc, Tourtour et Saint-Jean de Villecroze, est située sur d’anciens sites de Templiers où se déroulèrent de nombreuses … tueries !

               

              Heureusement, l’ambiance est aujourd’hui bien plus bucolique lorsque nous quittons la route de Salernes pour traverser un joli bois menant au superbe panorama des vignes et du chai ultra moderne de Thuerry en arrière plan.

               

              ThuerryCe chai semi-enterré, qui fait la fierté de Jean-Louis Croquet le propriétaire et de Serge Gombert son maître de chai, a été construit en 2000 sur 2300 m² et présente la caractéristique remarquable d’être circulaire avec 12 cuves inox et 2 foudres de chêne.

               

               

               

               

              Le cuvier de Thuerry Autre élément remarquable chez Thuerry, c’est l’équilibre parfait des volumes produits entre rouge et rosé (45%) pour 10% de blanc. Les Abeillons, cuvée phare du Domaine, est vinifiée uniquement en cuves bétons et inox. La trame de ces vins est d’ailleurs d’une grande fraîcheur et d’une belle complexité apportées par le terroir et les nombreuses forêts qui entourent les vignes.

              Les pieds sont espacés de 2,20 à 2,50 m et n’excédent pas 4000 à l’hectare. Les vendanges sont intégralement manuelles.

               

               

              Thuerry Les Abeillons A la dégustation, la gamme Château Thuerry classée en Côtes de Provence sont des vins de plaisir mais ne valent pas l’émotion que j’ai ressentie sur les trois couleurs des Abeillons en AOC Coteaux Varois. Le Rosé, assemblage typique de Grenache et Cinsault, est frais, tendu avec une belle vinosité ; le Rouge 2010, composé de Cabernet Sauvignon, Syrah et Grenache, présente un nez délicatement épicé et des notes élégantes de poivrons cuisinés ; le Blanc 2014 est profond et subtil. Le Rolle et le Sémillon exprime ici pleinement leur complémentarité sur une attaque de bouche fraîche d’agrumes, citronnée, avant de gagner en longueur et en gras et rondeur : J’adore !

              Les cuvées Exception sont passées en fût de chêne français du Limousin et américains. J’ai moins aimé le Blanc 2014 qui est, à sa décharge, trop jeune et demande à mieux intégrer ses notes toastées. L’Exception ² – 100% Cabernet Sauvignon en fût de chêne – en 2009 exhale au nez des notes très élégantes de fruits mûrs et de torréfaction. Une très grande longueur.

              Le plus amusant est certainement l’Exception Rosé qui, assemblage « foldingue » de Merlot et de Caladoc passés 6 mois en fût américains, est assurément un rosé décalé au pays des rosés levurés aux notes de bonbon anglais … Le nez est très aromatique, légèrement mentholé. La bouche est encore un peu fermée, mais l’expression de Maras des bois et de Verveine est géniale !

              A vite découvrir donc à l’evinence …….

               

              Thuerry1

              Thuerry1

                Arrivage de la semaine à l’evinence …

                RimauresqRimauresq, situé à Pignans dans le Massif des Maures, à mi-chemin de Toulon et Fréjus, est un des 23 originels Crus Classés de Provence (il n’en reste plus que 15 en activité).

                Le terroir y est très caillouteux, la roche mère étant à peine à 2,5 mètres de profondeur. L’exposition Nord Ouest des vignes donne toujours beaucoup de fraîcheur aux vins.

                Nous venons de recevoir à l’evinence trois de leurs vins à découvrir cet automne et tout l’hiver.

                Blanc 2013 : 100% Rolle – élevage en cuve inox. La robe est pâle, le nez est très joli sur des notes de poires blanches dans lesquelles on a envie de croquer dedans … La bouche est ronde sur des notes légèrement compotées vanillées ; la finale est sur la salinité et donne envie d’y re-goûter !!

                Rouge 2012 : Ce millésime a été compliqué avec des épisodes gréleux qui ont fait perdre à Rimauresq 35% de ses raisins rouges.
                L’assemblage est environ 1/3 de chaque cépage : Grenache, Syrah et Mourvèdre, avec un léger passage en bois pour ce dernier et ainsi donner du caractère au vin.
                La robe est d’un joli rouge intense avec un disque très élégant. Le nez se porte immédiatement sur les fruits rouges mûrs et des notes de garrigue. On retrouve la fraîcheur caractéristique du Domaine ; le bois est juste présent mais pas du tout marqué.

                R 2012 : Assemblage de 53 % de Cabernet Sauvignon, 41% de Syrah et 6% de Mourvèdre ; l’élevage de 12 à 14 mois en 1/2 muîts. Le nez est d’une noblesse remarquable et la palette aromatique est très large, des classiques de la garrigue aux notes de truffe et de cuir à peine tanné. La bouche est surprenante, toute en fraîcheur malgré l’impétuosité supposée de la jeunesse du vin et de ses tannins. Un vrai coup de coeur !!

                  Arrivage de vins de l’une des Stars du Muscadet !

                  Finissons en tout de suite avec les lieux communs : NON, les Muscadet ne sont pas uniquement ces petits vins pas chers que l’on « matraque » avec l’iode des huîtres …

                  Et les vins de Bruno Cormerais que j’ai eu la chance de découvrir en sont une belle preuve, je vous invite donc à partager ici mon grand plaisir.

                  Bruno Cormerais a ses racines vigneronnes Sèvre et Maine depuis plusieurs générations. Son père était vigneron en bordure de Maine, sa mère, elle, fille de vignerons des bords de Sèvre. Avec son sol de granit de Clisson, le terroir de Bruno, en bordure de Maine, est sans conteste un cas à part dans l’univers du Muscadet.

                  Les vignes les plus anciennes ont 70 ans, les rendements des plus jeunes vignes sont maîtrisés, les vinifications sont parcellaires, les fermentations sont effectuées avec les levures indigènes, les élevages sur lies fines peuvent être très très longues (cf ci-dessous) …

                  Muscadet « Bruno » 2009 : Elevage de 40 mois, c’est incroyable … !!
                  Le nez est assez discret de prime abord puis s’ouvre à l’aération sur des notes fraîches et minérales. La bouche est assez complexe sur des notes iodées et d’herbes fraîches.  Et c’est forcément bon avec des bulots, des crevettes mais aussi sur une viande blanche.

                  AOC Clisson 2009 : Le voilà, ce terroir de Granit de Clisson … L’élevage est ici de 27 mois. Le nez est incroyablement gras et, à l’aveugle, m’aurait largement emmené sur des Meursault un peu évolué. Et que dire de la bouche élégante sur la brioche et les arômes toastés. L’équilibre est parfait et la longueur de 10 caudalies me surprend encore en même temps que j’écris !

                   

                   

                   

                    L’arrivage du jour : Château d’Or et de Gueules – Costières de Nîmes

                    C’est le Blason familial de Diane de Puymorin qui a donné ce nom original reflétant par ses couleurs la personnalité des vins : Or pour l’ampleur et la richesse apportées par le soleil du Sud et le Rouge (Gueules en vieux français) pour le caractère, la puissance et le gouleyant.

                    Né en 1998, le Château d’Or et de Gueules s’étend aujourd’hui sur 50 hectares au sud de Nîmes, entre Saint Gilles et Vauvert.

                    Nous avons spécialement sélectionné pour vous deux de leurs vins rouges :

                    Les Cimels 2011 : Assemblage de 60 % de Syrah, 30 % de Carignan (vinifiés 3 semaines en macération carbonique) et 10% de Grenache. La bouche est fraîche, remplie de fruits et d’épices douces. Un vin de copains …. mais de copains amateurs !

                    Trassegum (Philtre d’Amour) 2011 : Assemblage de 50 % de Syrah (vinification traditionnelle), 25% de Carignan de 80 ans (macération carbonique) et 25% de Mourvèdre de 80 ans (pigeage). La robe est soutenue, le nez plus discret que celui des Cimels mais quelle opulence dans la bouche … La richesse, la puissance sont remarquablement bien équilibrées avec la fraîcheur. Un vin vraiment très élégant !

                     

                      Arrivage à l’evinence

                      Viennent d’arriver ce matin à l’evinence deux jolis « petits » Bordeaux :

                      Château La Garance 2009 – Graves
                      Un bel équilibre entre le fruit et les tannins.


                       

                       

                      Diane de Belgrave 2009 – Haut Médoc – 2ème vin du Château Belgrave, 5ème Cru Classé

                      Des tanins très soyeux, beaucoup d’élégance et une jolie longueur en bouche.


                      ainsi que le Château Sérame 2008 – Minervois &

                      le Clos de la Siete 2010 by Michel Rolland – Argentina – en bouteille et en Magnum.

                      Un nez très flatteur sur des notes de fruits noirs, le boisé n’est pas du tout marqué. La bouche est complexe et riche : Très agréable !

                       

                       

                        Château Lascombes à l’evinence

                        La notoriété en France de Château Lascombes – 2ème Cru Classé de Médoc – n’est certainement pas à la hauteur de la qualité et de la finesse de ses vins.

                        Un nouvel arrivage à l’evinence cette semaine vous permettra de les découvrir.

                        Chevalier de Lascombes 2008 en bouteille et en Magnum

                        L’assemblage est à 50/50 de Cabernet Sauvignon et de Merlot ; l’élevage en barriques de chêne d’un vins pendant 16 mois. Ce vin goûte vraiment très bien dès aujourd’hui ; en le passant une petite heure au réfrigérateur, si vous n’avez pas de cave, il ne souffrira pas le moins du monde des chaleurs estivales. Au nez, l »élégance du terroir de Margaux apparaît immédiatement. La bouche est souple et voluptueuse sur des notes de fruits rouges mûrs, avec une très belle fraîcheur en finale.

                        Château Lascombes 2005

                        Nous sommes ici sur un assemblage légèrement en faveur du Cabernet Sauvignon vs le Merlot (52/48) pour un élevage de 18/20 mois intégralement en barriques neuves. L’attaque est discrète puis laisse la place à « un cheval cabré … « . L’équilibre est parfait entre le bois et le fruit ; la longueur exceptionnelle. Attendons quand même l’automne pour l’apprécier à sa juste valeur.

                          Cuvées Parcellaires de Châteauneuf du Pape – Domaine Ogier

                          Ogier, créé en 1859, est l’un des experts des terroirs de la vallée du Rhône méridionale. Implanté au coeur du vignoble de Châteauneuf- du-Pape, le Domaine Ogier possède deux vignobles, le Domaine Notre Dame de Cousignac en AOC Côtes du Rhône et Côtes du Vivarais et le Clos de l’Oratoire des Papes en AOC Châteauneuf-du-Pape.

                          C’est d’ailleurs dans ce Domaine que l’idée très intéressante de créer des Cuvées Spéciales en fonction des sols a été développée.

                          Voici quelques éléments d’informations sur les Cuvées 2010 que nous avons à la Cave l’evinence :

                          ECLATS CALCAIRES : Les parcelles se trouvent à l’ouest de l’Appellation sur des roches dures et poreuses, les plus anciennes de Châteauneuf-du-Pape.

                          L’assemblage est de 75% de Grenache, 15% de Syrah et 10% de Mourvèdre et Cinsault. La vinification est traditionnelle avec une macération longue puis un élevage en cuve tronconique de chêne de 110 hectolitres.

                          D’une robe rubis intense, ce vin est doté d’un fort caractère minéral. Il exalte des arômes de fruits frais et des notes franches de pierre à fusil. Ample et généreux en bouche, il est marqué par des tanins fermes, fins et témoigne d’une belle longueur.

                          GRES ROUGES : Ce terroir, situé au coeur du vignoble, représente environ 5% de la surface totale de l’Appellation.  Mélange hétérogène de sables, graviers et cailloux divers, riches en coquillages, les Grès Rouges retiennent l’eau pour nourrir généreusement les vignes tout en les drainant ; c’est le signe d’un grand terroir.

                          L’assemblage est de 75% de Grenache, 15% de Syrah et 10% de Mourvèdre et Cinsault. La vinification est traditionnelle avec une macération longue puis un élevage en cuve tronconique de chêne de 110 hectolitres.

                          D’une robe rouge profond, ce vin dévoile un nez très racé de fruits rouges mûrs (cerise, confiture de mûre) sur une trame d’épices douces. La bouche est solide, très structurée avec une très belle harmonie entre les tanins ronds et les saveurs de fruits rouges confiturés.

                          GALETS ROULES : C’est assurément le terroir le plus répandu et le plus connu de l’Appellation, du Nord au Sud et d’Est en Ouest. Ces galets roulés de silice sont issus de l’érosion du cœur de la chaine des Alpes. Ils ont été amenés jusqu’à Châteauneuf du Pape par les glaciers qui ont façonné cette forme si caractéristique, ronde et polie.

                          L’assemblage est de 75% de Grenache, 15% de Syrah et 10% de Mourvèdre et Cinsault. La vinification est traditionnelle avec une macération longue puis un élevage en cuve tronconique de chêne de 110 hectolitres.

                          Ce Châteauneuf-du-Pape est à l’image de ce sol chaleureux avec ses notes aromatiques de mûres, de pruneaux confits et d’épices douces, d’herbes grillées. En bouche, les tanins soyeux culminent en une longue finale.

                            Pomerol – Primeurs 2012

                            C’est au Château La Conseillante qu’avait lieu cette semaine la dégustation des Pomerol de l’Union des Grands Crus de Bordeaux.

                            Le nom de La Conseillante apparaît dès le milieu du XVIIIème Siècle. Il a été légué par une personne influente qui dirigeait la propriété il y a bientôt 300 ans : Catherine Conseillan. Formant un triangle magique avec Petrus et Cheval Blanc, jouxtant l’Evangile, La Conseillante est assurément un des plus beaux terroirs de la région.
                            Le cuvier comporte 22 petites cuves en béton, dimensionnées pour coller au différents terroirs de la propriété, et permettre une vinification parcellaire.L’élevage est de 18 mois environ avec 50 à 80% de bois neufs. 

                            L’assemblage de 2012 est constitué de 89% de Merlot et de 11% de Cabernet Franc.
                            Le nez est très cassis, la bouche est un peu dure à l’attaque mais l’équilibre est superbe. Un très beau potentiel.

                            Les autres vins dégustés étaient :

                            Château Clinet
                            90% Merlot – 9% Cabernet Sauvignon – 1% Cabernet Franc.  Un nez malheureusement assez discrète, la bouche un peu « alcooleuse ».

                            Château Gazin – 100% Merlot
                            Là aussi, un nez relativement fermé mais la bouche bien plus intéressante que Clinet : Elégante et fraîche.

                            Château La Pointe – 90% Merlot 10% Cabernet Sauvignon
                            Cuvaison de 25 jours, élevage de 12 à 15 mois dans des fûts neuf ou d’un vin (50/50).
                            La bouche est voluptueuse sur de belles notes de mûres et la longueur prometteuse. J’ai beaucoup aimé !!

                            Château Petit Village
                            Le nez n’est pas très flatteur et la bouche un brin « alcooleuse » : Vraiment pas « ma tasse de thé » !

                             

                              Saint-Emilion – Primeurs 2012


                              Bienvenue à Château Soutard – Saint Emilion Grand Cru Classé – pour ma dégustation des Saint-Emilion Primeurs 2012.

                              Château Beau-Séjour Bécot – Saint Emilion Grand Cru Classé B
                              70% Merlot – 24% Cabernet Franc – 6% Cabernet Sauvignon
                              Cuvaison longue de 30/35 jours
                              100% fût neuf sur échantillon – 80% sur l’assemblage final
                              Bien structuré, bel équilibre entre le bois et la fraîcheur : J’ai beaucoup aimé !

                              Château Cap de Mourlin – Saint Emilion Grand Cru Classé
                              65% Merlot – 25% Cabernet Franc – 10% Cabernet Sauvignon
                              Elevage estimé à 18 mois, 50% de bois neuf et 50% d’un vin.
                              Bouche très agréable laissant supposer un joli potentiel, même s’il ressort un « tout petit » côté asséchant.

                              Château Dassault – Saint Emilion Grand Cru Classé
                              82% Merlot – 14% Cabernet Franc – 4% Cabernet Sauvignon
                              Nez fermé, bouche pas très agréable, trop marquée par le bois.

                               

                              Château Figeac – Saint Emilion Grand Cru Classé B
                              40% Merlot – 40 % Cabernet Sauvignon -20% Cabernet Franc
                              100% bois neuf comme toujours chez Figeac.
                              Le nez est assez peu expressif, mais la bouche est un régal. L’attaque est très fraîche et s’ouvre sur les fruits rouges mûrs et s’envole sur une très grande longueur. Je suis incontestablement toujours aussi fan de Figeac !!

                              Clos Fourtet – Saint Emilion Grand Cru  Classé B

                              86% Merlot – 10% Cabernet Sauvignon – 4% Cabernet Franc
                              Fermentation malolactique 50% inox / 50% bois.
                              Elevage estimé à 15/18 mois, 60% de bois neuf et 40% d’un vin. Très bel équilibre, bouche gourmande et suave. J’ai beaucoup aimé !!

                              Château La Couspaude – Saint Emilion Grand Cru  Classé

                              65% Merlot – 20% Cabernet Sauvignon – 15% Cabernet Franc
                              Bouche moyennement expressive, le bois est un peu trop marqué à mon goût.

                              Château La Dominique – Saint Emilion Grand Cru  Classé

                              85% Merlot – 15% Cabernet Franc. Elevage de 12 mois, 50% de bois neuf et 50% d’un vin. Le nez n’est pas très expressif, la bouche un peu dure avec des tanins un peu trop marqués.

                              Château La Tour Figeac – Saint Emilion Grand Cru Classé
                              80% Merlot – 20% Cabernet Franc.
                              Elevage de 12 mois, 50% de bois neuf et 50% d’un vin.
                              Le nez est assez expressif sur des arômes de fruits rouges mûrs. La bouche goûte déjà très bien et la fraîcheur en finale est bien prononcée. Une belle surprise pour moi !!

                              Château Pavie Macquin – Saint Emilion Grand Cru Classé B
                              85% Merlot – 14% Cabernet Franc – 1% Cabernet Sauvignon.
                              C’est évidemment une belle structure que l’on goûte, mais un peu trop puissant à mon goût. L’expression du vin est difficile à venir ; j’ai été un peu déçu !!

                              Château Soutard – Saint Emilion Grand Cru Classé
                              63% Merlot – 28% Cabernet Franc – 7% Cabernet Sauvignon – 2% Malbec
                              Un nez déjà mûr, une belle charpente. J’ai eu un peu de mal à me faire une idée du potentiel du vin, mais ce sera certainement intéressant à regoûter à la mise en bouteille.


                              Château Troplong Mondot – Saint Emilion Grand Cru  Classé B

                              90% Merlot – 8% Cabernet Sauvignon – 2% Cabernet Franc
                              Le nez est très expressif sur des notes de fruits bien mûrs. La bouche est puissante, la matière est bien présente mais le tout s’équilibre bien avec la fraîcheur de la finale.


                              Château Trotte Vieille- Saint Emilion Grand Cru  Classé B

                              49% Merlot – 48% Cabernet Sauvignon – 3% Cabernet Franc. Cette « petite » propriété d’une dizaine d’hectares n’est certainement pas le plus connu des B, mais quelle « bombe » … Un vrai coup de coeur pour moi !! Le nez est très juste comme il faut : Ni trop fermé, ni trop flatteur ; la bouche donne l’impression de croquer du fruit et le bois n’est pas du tout marqué malgré les 100% de bois neuf. Bravo !!

                               

                                Le week-end à l’evinence,c’est …Dégustation !

                                A tout bien, tout honneur … c’est assurément la Star de Jurançon que nous mettons ce week-end en avant à l’evinence.

                                Le Domaine Cauhapé, dirigé par Henri Ramonteu, s’étend sur 43 hectares avec un terroir à dominante d’argile. Les vignes sont escarpées et plantées à flancs de collines. Avec une exposition sud, sud-est et une altitude variable selon les parcelles (400 mètres pour les plus hautes), les vignes bénéficient de conditions climatiques optimum.

                                Venez goûter le « Geyser » 2011 en Sec et « Ballet d’Octobre » 2011 en moelleux.

                                  Porto Tawny – Burmester

                                  Parmi les arrivages de la semaine à l’evinence, c’est une première chez nous : Le Porto Tawny de chez Burmester.

                                  Installée depuis 1750 à Vila Nova de Gaia, la propriété s’est transmise de générations en générations pour en faire un des fleurons des vins de Porto. Leur Tawny est un classique !

                                  Issu du coupage de plusieurs récoltes, le vin qui vieillit d’abord en foudres de chêne puis est assemblé de 4 années. Le vieillissement et l’oxydation due au bois confèrent à sa couleur, initialement rouge, un bel orangé – en anglais  » tawny. Le fruit frais acquière des nuances de fruits secs dans une belle et subtile élégance.

                                  A déguster en apéritif si vous aimez, avec un foie gras mi-cuit idéalement accompagné d’un chutney de fruits ou en fin de repas avec un fromage à pâte persillée comme un Bleu ou le Stilton puis sur les dessers à base de chocolat et/ou de praliné.

                                  En dégustation tout le mois à l’evinence !

                                   

                                    Soirée Dégustation de « Syrah » le jeudi 13 septembre à 19h30

                                    Au programme :

                                    – Syrah 2011 de Pierre Gaillard – Vin de Pays des Collines Rhodaniennes
                                    – Syrah « Exception » 2010 du Domaine des Masques – Vin de Pays des Bouches du Rhône
                                    – Saint Joseph 2009 de Bernard Gripa
                                    – Côte Rôtie « Champin le Seigneur » 2008 de Jean-Michel Gerin

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                    Prix : 20 € par personne avec mises en bouche

                                    Nombre de places limitées à 15.

                                    Réservez vite votre place par téléphone ou par retour de mail

                                      Château Calavon

                                      Quelques semaines après l’ouverture de votre Cave L’evinence à Cannes l’an dernier, nous avions découvert et vous fait découvrir les vins du Château de Calavon en AOP Coteaux d’Aix-en-Provence.

                                      Leur notoriété grandit de plus en plus, au « point » que l’hebdomadaire éponyme – dans son édition d’Aix du 14 juin 2012 – célèbre leur rosé comme étant le meilleur de l’Appellation.

                                      Le millésime 2011 est un assemblage de 50% de Syrah, de 45% de Grenache et de 5% de Cinsault. L’accent a été mis sur la recherche de gras, de charpente pour en faire un vin rosé de gastronomie. Le nez est très joli et l’équilibre est assurément réussi.

                                      Un détail de plus pour vous convaincre ? Le bouchon en verre, très pratique pour les barbecues de groupe !

                                      En vente à l’evinence à 11 € la bouteille de 75 cl et 26 € le magnum de 150 cl

                                        Une journée à Trevallon

                                        Comme j’ai la chance de l’écrire ici régulièrement, je fais vraiment un beau métier et plus particulièrement lorsque je suis invité avec quelques uns de mes amis Sommeliers comme c’était le cas hier au Domaine de Trevallon, au pied des Alpilles.

                                        11 heures du matin, la température extérieure frôle les 30°. Au bout d’une allée bordée d’oliviers classés en AOC Baux-de-Provence, nous attendent Eloi Dürrbach, le propriétaire de Trevallon, et sa chienne labrador Tulipe, pour nous faire découvrir les terres et les vins du Domaine.

                                        C’est en 1973 que cet étudiant en architecture décide de quitter Paris et de rejoindre la propriété de Saint-Etienne du Grès acquise en 1955 par ses parents, artistes alors à Cavalaire. C’est le début d’une des plus fabuleuses histoires du vignoble de Provence.Les écrits du Docteur Guyot finirent de convaincre le père et le fils de planter non seulement de la Syrah mais aussi du Cabernet Sauvignon, plus célèbre dans le Médoc qu’en Provence. Plus les règlementations de l’INAO évoluèrent et plus les Vins de Trevallon s’éloignaient de l’AOC Coteaux d’Aix en Provence. Ils sont aujourd’hui en IGP Alpilles.

                                        Après la « théorie », venons en à la pratique avec la descente dans les Caves de Trevallon. Première étape et la dégustation des 4 cépages de blancs en cours d’élevage : Grenache blanc, Marsanne, Roussanne et Chardonnay. Pour ce qui me concerne, j’ai été émerveillé par la droiture du Grenache sur des notes de fenouil et d’anis et par l’onctuosité et la rondeur de la Roussanne.

                                        Mais un constat « épouvantable » vient à moi en même temps : Pourquoi n’y a t-il pas plus de blancs à Trevallon ?! Quelles merveilles ….

                                         

                                         

                                         

                                        Au tour des rouges, l’âme de Trevallon. Avec dans l’ordre (quel privilégié allez vous penser de moi …) :

                                        – Syrah 2011 en cours d’élevage : Un peu austère à ma grande surprise (sauf sur le foudre numéro 17 …)
                                        – Cabernet Sauvignon 2011 en cours d’élevage : Magnifique à ma grande surprise aussi … Beaucoup de fruit croquant prenant largement le pas sur le côté herbacé du cépage
                                        – Trevallon 2009 : Goûte extraordinairement bien malgré la jeunesse et la grandeur du millésime
                                        – Trevallon 2008 : Un millésime de plaisir, de proximité, « facile » pour découvrir Trevallon
                                        -Trevallon 2007 : Le plus grand des millésimes selon Eloi Dürrbach et il a bien raison. Puissant et voluptueux, il en impose par sa complexité et sa longueur en bouche. Ses notes mentholées en finale de bouche révèlent une grande fraîcheur pour un grand potentiel de garde. Il devrait être encore plus exceptionnel dans une « petite » quinzaine d’années.
                                        – Trevallon 2005 : Une petite déception pour moi. Ce millésime manque de caractère, à mon goût évidemment !
                                        – Trevallon 1990 en Magnum : La maturité des tannins et la robe évoluée m’emporterait à l’aveugle facilement vers les terres médocaines …

                                        Au retour à la lumière, sous les platanes centenaires, un repas provençal « Maison » nous permet d’échanger nos impressions et elles vont toutes dans le même sens : Quel moment de grâce …

                                        Conclu par la Cuvée « Tonio » 2007, un vin de paille de Marsanne du Domaine. Un extra-terrestre  moelleux, confit, miellé et frais créé par Antoine Dürrbach au pays des Cigales et du Soleil brûlant ….

                                        Les larmes sur le verre sont presque celles de l’émotion après une telle dégustation !

                                         

                                         

                                         

                                        Les millésimes disponibles à l’evinence à Cannes :
                                        – 2008 à 49 €
                                        – 2007 à 60 €
                                        – 2003 à 50 €
                                        – 1999 à 53 €

                                         

                                          Château Roubine – Côtes de Provence

                                          La 25ème édition d’Agecotel bat actuellement son plein à Nice, jusqu’à demain 25 janvier. Un rapide passage pour moi aujourd’hui entre midi et trois heures pour déguster quelques Domaines présents sur place.

                                          Notamment les vins de Château Roubine.

                                          Au plus loin que l’on remonte dans le temps, l’histoire de Château Roubine est liée à l’histoire de la Provence. Le vignoble est ainsi traversé par la voie romaine dite Julienne. Connu depuis le début du XIVe siècle, il était la propriété de l’Ordre des Templiers avant qu’il ne le cède à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1307. Au XVe siècle, Château Roubine devient l’apanage et la fierté de différentes grandes familles provençales.

                                          En 1955, Château Roubine fait partie des 23 domaines viticoles reconnus par décret comme « Cru Classé » des Côtes de Provence.

                                          Aussi surprenant que cela puisse paraître, les vins que j’ai préférés sont plutôt à classer dans les « Petits ». Leur Vin de Pays du Var pour commencer, puis leurs Cuvées Classiques en blanc (Ugni-Blanc, Sémillon, Rolle et Clairette) et en Rouge (Syrah, Cabernet Sauvignon, Grenache et Carignan).

                                          A re-goûter donc, avant de les trouver peut être un jour à l’evinence …

                                            Champagne Henriot Cuvée des Enchanteleurs 1995

                                            C’est en 1808, sous Apolline Henriot, que Champagne Henriot est officiellement fondée. Elle est la nièce du très célèbre Abbé Godinot qui, grâce à son érudition, contribua à améliorer la conduite de la vigne et l’élaboration des vins de Champagne.

                                            Henriot est aujourd’hui encore une Maison familiale et indépendante.

                                            Sa plus grande Cuvée est celle des « Enchanteleurs » faisant référence aux ouvriers cavistes du temps où la vinification ne se faisait qu’en barriques. Leur travail consistait notamment à empiler les fûts sur des madriers en bois. On disait qu’ils « mettaient des fûts sur chantiers», qu’ils «enchantelaient »… Ils disposaient traditionnellement du privilège de composer pour eux-mêmes une petite cuvée de Champagne élaborée à partir des vins les plus fins.

                                            Le Millésime 1995 est composé de 52% de Pinot Noir et de 48% de Chardonnay issus en grande majorité de terroirs de Grands Crus comme Le Mesnil sur Oger, Aÿ ou Avize. C’est un vin fabuleusement complexe avec des notes très vineuses. A ne surtout pas boire à l’apéritif mais à déguster au contraire sur des volailles crémées aux morilles, des Noix de Saint Jacques poëlées, des ris de veau etc.

                                            En vente à l’evinence à 115 €.

                                              Dégustation de Champagne

                                              Un superbe endroit – la terrasse panoramique du Palais Stéphanie, sur la Croisette de Cannes – des invités charmants – les responsables voyages de quelques unes des plus grandes entreprises européennes – et 4 délicieux Champagne à déguster … quoi de mieux pour passer une merveilleuse soirée.
                                              A l’accueil des invités, nous avons eu le plaisir de servir un Bollinger Spécial Cuvée, un mélange raffiné de Pinot Noir et de Chardonnay.

                                              Pour les entrées à base de crustacés, nous avions sélectionné un Blanc de Blancs d’un producteur d’Etoges – Alexandre Ruffin – et sa cuvée Chardonnay d’Or, aux arômes typiques de pommes et de poires.

                                              Plus vineux sur les plats de viande crémées à base de champignons, c’était un Deutz Classic qui a ravi nos clients.

                                              Et pour finir sur une douce note féminine, le Ruinart Rosé a accompagné les macarons et les desserts à base de fruits rouges.